L’image du mois de février

Ce mois-ci, nous vous présentons une vue de Bordeaux assez exceptionnelle !

271 – Les Quais, la Douane et la Bourse (Bordeaux). Crédit CLEM, collection Duclot.

Nous sommes en 1862. La photographie réalisée par Jean Andrieu a peut-être été prise du parapet qui descend du pont de pierre, sans doute du quai Richelieu (aussi appelé quai de Bourgogne).

Qu’est-ce que ces barques ont de particulier ?

Il s’agit en fait d’allèges et de sapines, des bateaux utilisés pour le transport des marchandises.

Au premier plan, de gauche à droite sur la photographie de droite, nous avons :

– en 1er, une petite allège chargée de sacs ou de pierres ;
– en 3e, 4e et 6e position, des allèges de différentes tailles ;
– en 2e et 5e position, des grandes sapines (2 m environ) dites  « de type tarnais » : leur proue est fortement relevée ; elles sont couvertes d’un « pontil » qui porte une grue en bois à double volée ; en arrière une cabine construite comme cabane sert d’habitation pour le marin ainsi que de bureau pour enregistrer les marchandises chargées ou déchargées. Ces embarcations ne comportent pas de mât : il s’agit de bateaux hâlés (à l’époque par des chevaux), parfois pris en remorque par des navires de charge à voile et manœuvrés dans les ports par des grandes perches. Leurs dimensions étaient dictées par la taille des écluses du canal latéral à la Garonne.

Selon François Beaudouin, cette photo est tout-à-fait remarquable pour l’histoire de la marine fluviale : elle serait l’unique représentation connue de ces grosses sapines tarnaises. Elles assuraient le transport des marchandises le long de la Garonne et de ses affluents. Elles ont été condamnées par le développement des chemins de fer qui, très rapidement, accaparèrent tout le transport des marchandises.

Au second plan, un grand nombre de gabarres est amarré de manière assez désordonnée le long du quai de la Douane.
Plus en arrière, à quai et dans la rade, mouille un grand nombre de goélettes à voile de commerce ou de pêche à la morue, à deux ou trois mâts.

Christian Bernadat

Bibliographie :

François Beaudouin, « Les bateaux garonnais (II) », Les Cahiers du Musée de la Batellerie, n°45, décembre 2001.

Christian Bernadat, co-auteur de Quand Bordeaux construisait des navires, Ed. de l’Entre-deux-Mers, 2006.

Denis Pellerin, La photographie stéréoscopique sous le Second Empire, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1995, 103.

Si vous souhaitez voir cette vue en relief, chaussez vos lunettes bicolores !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.