La Normandie Artistique

En avril 1859, dans le numéro 7 de leur journal, « La Photographie », Furne et Tournier annoncent leur intention de parcourir la Normandie pour en ramener une iconographie (ou une collection, comme ils préfèrent la nommer) sur le modèle de celles qu’ils avaient réalisées en Bretagne et en Provence les deux années antérieures.

Dans le climat océanique des deux provinces maritimes, la belle saison est bien évidemment la seule période favorable aux opérations de la chambre noire. En Normandie comme en Bretagne, le ciel est nuageux une bonne partie de l’année – parfois même en été. Or, si ce régime humide est idéal pour les effets atmosphériques d’un Boudin ou d’un Monet, les ciels chargés nuisent en revanche à la bonne marche des opérations photographiques. Les deux cousins seraient donc mal avisés d’organiser leurs excursions d’octobre à mars : les photographes de ce temps-là n’ont pas tout à fait les mêmes soucis que les futurs impressionnistes et – contraints qu’ils sont par l’optique et la chimie de leur temps – ne s’intéressent guère aux variations chromatiques de l’atmosphère : une bonne lumière franche est celle qui leur convient le mieux.

Or si Furne et Tournier ont besoin, sans doute, d’un éclairage légèrement plus vif que la plupart de leurs confrères, c’est qu’ils affectionnent particulièrement les prises de vues animées, même lorsque le centre d’intérêt d’un cliché est un "spot " touristique. Notre duo a donc besoin d’opérer assez vite s’il veut éviter les  "bougés"  outranciers des gens du cru. Or les deux cousins semblent pouvoir compter sur la complicité de la population locale, paysans bretons, normands ou béarnais qui se prêtent souvent aux petites poses nécessaires à la prise de vue, mais oublient parfois les limitations techniques de la photographie : les flous cinétiques ne sont rares. Au demeurant, Furne et Tournier, surestimant la rapidité de leurs prises de vue, se glorifient de la présence de cette population autochtone

« Par des modes exceptionnels de transport et d’opération, nous nous sommes assuré la possibilité de travailler partout et en tout temps. Nous n’offrons donc au public que des vues animées, dites en photographies instantanées. Car sachant combien l’image gagne de réalité par l’aspect vivant des lieux, nous nous sommes toujours efforcés de combiner la vérité des sites avec l’animation du sujet. »

Furne & Tournier, La Photographie, journal des publications légalement autorisées, 3.

A la fin des années 1850, la sensibilité des plaques au collodion est toute relative. L’instantanéité – celle qui se mesure en fractions de seconde – reste un tour de force dont peu de photographes, à l’exception des Le Gray ou des Bertsch peuvent se vanter. Les scènes de genre, soigneusement mises en scène dans des ateliers aux verrières lumineuses, sont déjà abondantes, mais l’humanité reste fugace dans l’immense majorité des prises de vue topographiques de la période : ce n’est pas la population souvent fantôme, étant donné la lenteur des négatifs, mais les sites et les monuments qui sont le foyer de la plupart des vues saisies en extérieur. Lorsqu’ils annoncent leur voyage prochain en Normandie, Furne et Tournier ont une définition plutôt élastique de la rapidité des prises de vues. Une instantanéité digne de ce nom n’apparaîtra réellement  dans la pratique stéréoscopique qu’avec Wilson, England ou Ferrier, peu de temps après.

Quelques passages du journal « La Photographie » fournissent incidemment des détails intéressants  sur les conditions techniques de ces expéditions régionales : une réclame d’un certain W. Wild (qui n’est peut-être qu’un pseudonyme) vantant les mérites de son « collodion instantané extra-rapide » paraît le 5 février 1859. Ces quelques lignes nous apprennent par exemple que, depuis le fameux « Voyage en Bretagne » de 1857, Furne et Tournier utilisent – luxe suprême – une voiture aménagée en laboratoire de campagne :

« Les conditions les plus défavorables, les secousses de la voiture, la chaleur excessive d’un laboratoire recouvert de tôle, la poussière et parfois l’humidité, n’ont pu influer sur le collodion qui est resté identique et n’a jamais varié.  D’autres voyages ont donné les mêmes résultats. Depuis, toutes les opérations de cette maison (Furne et Tournier) soit dans les ateliers, soit dans les excursions (…) ont été faites avec ce collodion, qui a donné les clichés les plus purs et les plus instantanés.  »

Furne & Tournier, La Photographie, journal des publications légalement autorisées.

De ces  "reportages"  coûteux dans les provinces – Bretagne, Pyrénées, Provence – Furne et Tournier ramènent généralement plusieurs centaines de vues. Ainsi ont-ils collecté au cours de leur périple normand du printemps ou de l’été 1859 pas moins de « 211 sujets au stéréoscope » dont la liste est connue – sans compter les négatifs qui n’ont sans doute pas été exploités, soit qu’ils fussent de mauvaise qualité technique, soit qu’ils se soient révélés décevants à d’autres points de vue. Signalons, pour compliquer un peu les choses, l’existence dans la production de Furne et Tournier d’une autre série, intitulée « Voyage en Normandie », dont ni la numérotation ni les sujets ne semblent correspondre à cette collection de « La Normandie artistique ».

Comme souvent chez Furne et Tournier, des personnages indiquent très opportunément l'échelle exacte du site photographié. Il s'agit généralement d'une population locale, dont la présence sur les lieux est, en quelque sorte, toute "naturelle" et que le photographe saisit (par un "hasard" en vérité très concerté) dans ses activités quotidiennes. Mais il peut également s'agir,  de visiteurs, seuls ou en couple, livrés à une admiration toute touristique face à un paysage ou un monument : une quasi-mise en abyme de notre propre contemplation du stéréogramme.

Le procédé est, à l'ère du collodion, utilisé par toutes sortes de photographes, de manière apparemment aléatoire. Il est, toutefois, particulièrement fréquent (et prémédité) dans la production de Furne et Tournier et encore davantage dans celle de William England. Chez le photographe anglais, par exemple, la quasi-totalité des paysages suisses qu'il a choisi de reproduire ont leur témoin oculaire, présent sur l'image, qui admire la vue en même temps que nous. Or les indices fournis dans cette sorte d'images ne sont pas seulement dimensionnels. L'échelle chronologique est, elle aussi, exposée : ces vues sont clairement datées. La régularité de cette petite recette chez quelques photographes explique, partiellement sans doute, le charme très singulier (et exponentiel au fil du temps) de leurs images : elles ont, paradoxalement, d'autant mieux vieilli qu'elles sont millésimées.

José Calvelo

Les vues tirées sur papier albuminé sont éditées  sur plusieurs types de cartons :

 

  • Carton beige rosé : les photographies sont découpées de manière arrondie dans leur partie supérieure, une étiquette bleue portant la légende est collée sur le recto.

 

 

 

  • Carton jaune et orangé : les photographies sont découpées de manière arrondie dans leur partie supérieure, l'étiquette bleue qui porte la légende est invariablement collée au dos.

 

 

 

  • Carton blanc :  il s'agit ici d'une série très particulière avec un montage des épreuves tout à fait inhabituel. Les épreuves de cette série sont montées recto-verso. Quant aux légendes, elles sont ici manuscrites, comme elles le sont dans la majorité de la production stéréoscopique su Second Empire. Cette particularité est néanmoins exceptionnelle dans la production de la maison Furne et Tournier, qui prend toujours soin d'accompagner les épreuves d'une étiquette imprimée portant le nom de la collection et la légende de la vue.
Images stéréoscopiques Furne et Tournier Normandie artistique
Images stéréoscopiques Furne et Tournier Normandie artistique
Images stéréoscopiques Furne et Tournier Normandie artistique

Si une plongée dans la ville d'Etretat en 1860 vous intéresse, nous vous recommandons vivement la lecture de l'article de Christian Bernadat qui s'appuie sur la série de photographies de Furne et Tournier réalisées à l'occasion de ce Voyage en Normandie    Lien vers l'article

Sous-sérieN° imageLégendeImage
SEINE-INFERIEURE
2Elbeuf - Sur le quaiVoir l'image
3Elbeuf - Lavoir de laineVoir l'image
4Elbeuf - Le canalVoir l'image
5Duclair - Vue prise des bords de la SeineVoir l'image
20Arques - 1ère cour du châteauVoir l'image
21Arques - Bas-relief de Gayrard dans le châteauVoir l'image
22Arques - L'église vue du villageVoir l'image
26Saint-Martin-l'Eglise près Dieppe - La rivière d'Arques dans le villageVoir l'image
29Dieppe - Entrée par la route de ParisVoir l'image
32Dieppe - Le bassinVoir l'image
33Dieppe - Eglise vue du bassinVoir l'image
40Le Tréport - L'église prise du portVoir l'image
41Le Tréport - Bateaux pour la pêche aux maquereauxVoir l'image
42Le Tréport - L'établissement des bains de merVoir l'image
44Etretat - Vue générale de la ville prise des falaisesVoir l'image
45Etretat - La Ville. Vue prise de la maison de M. OffenbachVoir l'image
46Etretat - La Plage, prise des falaisesVoir l'image
47Etretat - La Plage et le chalet de M. NanteuilVoir l'image
48Etretat - Propriétés de MM. Villemessant, Offenbach et WalterVoir l'image
49Etretat - Cabestan sur la plageVoir l'image
50Etretat - Epave d'une goélette anglaiseVoir l'image
51Etretat - vente des épaves d'une goélette anglaise Voir l'image
52Etretat - La plage et les falaisesVoir l'image
53Etretat - Pêcheurs préparant leurs filets sur la plageVoir l'image
54Etretat - Lavoir d'eau douce sur la plage, à mer basseVoir l'image
58Fécamp - Vue générale, prise du portVoir l'image
59Harfleur - L'église, prise du bas de la rivièreVoir l'image
61Le Havre - Le MuséeVoir l'image
63Le Havre - Le théâtreVoir l'image
64Le Havre - L'entrée du port et la tour François IerVoir l'image
70Allouville - Entrée de la chapelle dans le tronc du chêneVoir l'image
71Allouville - Le chêne pris de la placeVoir l'image
74Cany - Le Château, pris du parcVoir l'image
75Cany - Allée conduisant au ChâteauVoir l'image
78Saint-Valéry-en-Caux - La ville. Vue prise à l'entrée du Port, à mer basseVoir l'image
79Saint-Valéry-en-Caux - La sortie du port à mer basseVoir l'image
80Valmont - Vue généraleVoir l'image
CALVADOS
3Caen Portail de l'église Saint-PierreVoir l'image
19Fontaine-Henry près Creully. Le château, façade AVoir l'image
Bibliographie :

BOISJOLY, François. Répertoire des photographes Parisiens du XIXe siècle. Paris : Les éditions de l'amateur, 2009, 129 et 277.

FURNE, Charles Paul et TOURNIER Henri. Voyages. Paris, 1860, 11-14.

PELLERIN, Denis. La photographie stéréoscopique sous le Second Empire. Paris : Bibliothèque nationale de France, 1995,  106.