L’anaglyphe

Portrait de Napoléon III, 1858, fonds Wiedemann, WIE315

On vous parle et on vous reparle d’anaglyphe, il serait bon de définir le terme. Pour cela, faisons appel à Napoléon III !

Le terme anaglyphe vient du grec ancien ana, « du bas vers le haut » et de glyphe, « ciselure ». Il désigne un ouvrage sculpté en relief.

De nos jours, « anaglyphe » renvoie à une image destinée à être vue en relief par le biais de deux filtres de couleurs différentes (le plus souvent bleu/rouge ou vert/orange).

 

 

Les filtres imprimés sont lisibles grâce à une paire de lunettes bicolores :

Il va de soi qu’au CLEM, nous en portons tous les jours.

 

La couleur rouge est « lue » par le filtre bleu et vice-versa. Grâce aux lunettes, la perception du relief est recréée artificiellement.

Sur les images stéréoscopiques, avec certains logiciels (Photoshop, StereoPhotoMaker), il suffit de transformer l’image de gauche en filtre rouge et celle de droite en bleu. Les deux filtres sont superposés mais légèrement décalés, comme nos yeux, permettant ainsi de reproduire l’opération qui se fait dans le cerveau.

 

 

Maintenant, chaussez vos lunettes bicolores (vous pouvez aussi en fabriquer vous-même avec de simples filtres colorés) et parcourez nos collections ! Un certain nombre d’images possède sa vue anaglyphe, signalée par cette icône dans la notice sur la Stéréothèque :

 

 

 

Ressources :

Diaporama sur la Première Guerre mondiale en relief

Fabriquer sa paire de lunettes bicolores

Enfin, pour réaliser des anaglyphes soi-même à partir de deux photos, essayez les applications Make it 3D Free (Android) ou StereoPhoto Maker (ordinateur ou Android) !

Manuel d’utilisation de StereoPhoto Maker (ordinateur) par le Stéréo-Club français