Daniel Théodore Guitard du Marès

Un pionnier bordelais méconnu de la photographie

D'après Carponsin-Martin C. et Huguet J.-C. : "Daniel-Théodore Guitard du Marès, un pionnier bordelais méconnu de la photographie." In L'Entre-deux-Mers et son identité, L'Entre-deux-Mers oriental. Actes du XVe colloque, Pessac-sur-Dordogne les 16, 17 et 18 octobre 2015. Bordeaux : CLEM, 2015, pp. 265-279

Daniel Théodore Guitard du Marès est un photographe amateur originaire de l’Entre-deux-Mers qui a vécu entre 1845 et 1920.  C’est grâce à ses descendants, la famille Icard, que nous avons pu retrouver et étudier son œuvre photographique. Il s’est intéressé à la photographie sous tous ses aspects, puisque nous trouvons dans le fonds de la famille Icard des vues stéréoscopiques, des photographies tirées sur papier, des tirages d’une même photographie avec des temps de pause différents, des photographies à caractère artistique qui rappellent par certains côtés l’Impressionnisme. Parallèlement à son activité professionnelle (il était tailleur pour dames,) Théodore Guitard du Marès publia plusieurs articles sur la technique stéréoscopique.  

Une biographie encore incomplète

Théodore Daniel Guitard du Marès est né le 12 janvier 1845 à Cussac, dans la commune de Blasimon, au cœur de l’Entre-deux-Mers. Nous ne savons pas où il a vécu dans sa jeunesse, ni quelle fut exactement sa formation. Il se marie une première fois  après 1875 avec une veuve Marie Charles, originaire de Limoges. Cette dernière meurt à Bordeaux le 7 novembre 1889. En 1891 lors du mariage de son cousin germain, Théodore André Icard avec Thérèze Guitard, Daniel Théodore est dit négociant à Bordeaux. Deux ans plus tard, le 3 juillet 1893, c’est lui qui vient se marier dans cette même commune : il épouse la sœur de la femme de son cousin germain, Elisabeth Guitard. Ainsi les deux cousins germains deviennent beaux-frères.  Il n’a pas eu d’enfant ni avec sa première, ni avec sa deuxième femme. Il meurt à Bordeaux, dans sa maison du 21 de la rue de Landiras, le 3 avril 1920. C’est la descendance de son beau-frère, André Icard et son épouse Thérèze Guitard, qui a recueilli les documents que nous avons intégrés à notre collection d'images stéréoscopiques.