Le Voyage aux Pyrénées selon Hippolyte Taine en 1855/1860

Sixième épisode : nouvelles excursions aux Eaux-Chaudes et à Gabas, à Aas et à Laruns

Cliquer sur les vues stéréoscopiques afin de les afficher sur la Stéréothèque avec leur notice et parfois leur anaglyphe (rouge et bleu).

Défilé et route des Eaux-Chaudes – 1851-1870 – Collection Médiathèque de Pau, MIDR_PHA_152_0002 – Photographe : Henri Plaut ou Alexandre Bertrand

Rappel des cinq premiers épisodes 

Hippolyte Taine est un des plus tardifs à réaliser son Voyage aux Pyrénées, en 1855, dans le but de suivre une cure thermale, soin alors très prisé dans la bonne société parisienne. Pour cela, à seulement 27 ans, il prend une sorte de « congé sabbatique ». Après Bordeaux, Royan, Bayonne, Biarritz, Saint-Jean-de Luz, Orthez et Pau, notre écrivain voyageur arrive enfin aux Eaux-Bonnes dans la vallée d’Ossau, objectif de son voyage thermal : il nous y fait une description minutieuse de la vie de curiste. Pour ce nouvel épisode, nous allons le suivre dans ses excursions aux environs des Eaux-Bonnes : aux Eaux-Chaudes, ville thermale voisine à huit kilomètres à l’ouest de son lieu de séjour, dans la vallée du gave d’Ossau ainsi qu’au village de Gabas en direction du col du Pourtalet,  ensuite au village d’Aas au nord des Eaux-Bonnes, enfin à Laruns.

Comme précédemment, on s’appuiera pour illustrer cet épisode sur les nombreuses vues disponibles dans la Stéréothèque au sein des collections Magendie et de la Médiathèque de Pau, la plupart du temps issues des séries de vues sur le thème du Voyage aux Pyrénées.

Sur la route des Eaux-Chaudes…

L’entrée de la route vers les eaux-Chaudes, au défilé du Hourat – 1868 – Collection Magendie, Mag6347 – Photographe Jean Andrieu

« Au nord de la vallée d’Ossau est une fente ; c’est le chemin des Eaux-Chaudes. Pour l’ouvrir, on a fait sauter tout un pan de montagne ; le vent s’engouffre dans le froid défilé ; l’entaille perpendiculaire, d’une noire couleur ferrugineuse, dresse sa masse formidable comme pour écraser le passant ; sur la muraille des roches qui fait face, des arbres tortueux se penchent en étages, et leurs panaches clairsemés flottent bizarrement entre les saillies rougeâtres. La route surplombe le Gave, qui tournoie à cinq cents pieds plus bas. C’est lui qui a creusé cette prodigieuse rainure ; il s’y est repris à plusieurs fois et pendant des siècles ; deux étages de niches énormes arrondies marquent l’abaissement de son lit et les âges de son labeur ; le jour paraît s’assombrir, quand on entre ; on ne voit plus sur sa tête qu’une bande de ciel. »

Les thermes des Eaux-Chaudes et la vallée d’Ossau – 1851-1870 – Collection Médiathèque de Pau, MIDR_PHA_152_0159 – Photographe : Henri Plaut

« Entre deux tours cannelées de granit, s’allonge le petit village des Eaux-Chaudes. Qui songe ici à ce village ? Toute pensée est prise par les montagnes. La chaîne orientale, subitement tranchée, descend à pic comme le mur d’une citadelle ; au sommet, à mille pieds de la route, des esplanades développent leurs forêts et leurs prairies, couronne verte et humide, d’où, par centaines suintent les cascades. Elles serpentent éparpillées, floconneuses, comme des colliers de perles égrenées, sur la poitrine des montagnes, baignant les pieds des chênes, noyant les blocs de leur tempête, puis viennent s’éteindre dans les longues couches où le roc uni les endort. »

Le village de Gabas

Gabas est le dernier village en direction du col du Pourtalet, à dix kilomètres au-delà des Eaux-Chaudes, mais encore à quinze kilomètres de la frontière espagnole. C’est là qu’était installé le bâtiment de la Douane, ainsi qu’un Lazaret dans lequel, sous l’ancien Régime, on mettait en quarantaine les voyageurs en provenance d’Espagne.

L’arrivée au village de Gabas – 1856-1858 – Collection Médiathèque de Pau, MIDR_PHA_152_0056 – Photographe : Alexandre Bertrand

« Gabas est un hameau dans une maigre plaine. Le torrent y gronde sous des glaciers, parmi des troncs brisés ; il descend engouffré (sic) de l’escarpement entre des colonnades de pins, habitants muets de la gorge. Ce silence et cette roide attitude font contraste avec les sauts désespérés de l’eau neigeuse. Il y fait froid, tout y est triste… »

Vue sur le Pic du Midi d’Ossau depuis la route de Gabas – 1862-1868 – Collection Magendie, Mag6348 – Photographe : Jean Andrieu

« … seulement, à l’horizon, on aperçoit le pic du Midi, splendide, qui lève ses deux pieux ébréchés, d’un gris fauve, au milieu du jour serein. »

Le Pic du Midi dont nous parle Taine est le Pic du Midi d’Ossau (2 884 m), à ne pas confondre avec le Pic du Midi de Bigorre bien plus connu.

Fête au village d’Aas

Taine est de retour aux Eaux-Bonnes. Il nous emmène maintenant assister à une fête au village d’Aas, à quelques kilomètres au nord de son séjour thermal.

Le pont à l’arrivée au village d’Aas – 1862-1868 – Collection Magendie, Mag6333 – Photographe Jean Andrieu

« Le 8 août, dès neuf heures du matin, on entendait à une demi-lieue des Eaux-Bonnes le son aigu d’un flageolet, et les baigneurs [les curistes] se mettaient en marche pour Aas. On y va par un chemin étroit et taillé dans la montagne Verte, sur lequel se penchent des tiges de lavande et des bouquets de fleurs sauvages. »

Ce que nous décrit Taine est la fête de la Saint-Laurent qui se déroulait à Aas traditionnellement autour du 10 août. Des témoignages d’anciens confirment que, sur leur petite place, les Ossalois se mélangeaient aux curistes étrangers des Eaux-Bonnes pour qui la fête de Saint-Laurent était une distraction.

Vue 1 – Le village d’Aas et le Pic du Ger – Carte postale
Vue 2 – Groupe de musiciens sur leur estrade soutenue de tonneaux – Carte postale (Ossau 1900)

« Nous entrâmes dans une rue large de six pieds : c’est la grande rue. Des enfants en bonnet écarlate, étonnés de leur magnificence, se tenaient roides sur les portes et nous regardaient avec une admiration muette. La place publique est auprès du lavoir, grande comme une petite chambre : c’est là qu’on danse. On y avait posé deux tonneaux, sur les tonneaux deux planches, sur les planches deux chaises, sur les chaises deux musiciens, le tout surmonté de deux beaux parapluies bleus faisant parasols ; car le soleil était de plomb, et il n’y avait pas un arbre. »

« Sous le toit du lavoir, de vieilles femmes appuyées aux piliers causaient en groupes […]. Au-dessus de l’esplanade, sur des pointes de roc qui faisaient gradins, les femmes regardaient la danse, en costume de fête : grand capuchon écarlate, corsage brodé, argenté, à fleurs de soie violette ; châle jaune, à franges pendantes ; jupe noire plissée, serrée au corps ; guêtres de laine blanche. Ces fortes couleurs, le rouge prodigué, les reflets de la soie sous une lumière éblouissante, mettaient la joie au cœur. »

« Autour des deux tonneaux tournoyait une ronde d’un mouvement souple, cadencé, sur un air monotone et bizarre, terminé par une fausse note, aigüe, d’un effet saisissant. Un jeune homme en veste de laine, en culotte courte, conduisait la bande ; les jeunes filles allaient gravement, sans parler ni rire ; leurs petites sœurs, au bout de la file, essayaient le pas à grand-peine, et la rangée de capulets de pourpre ondulait lentement comme une couronne de pivoines. De temps en temps le chef de la danse bondissait brusquement avec un cri sauvage, et l’on se rappelait qu’on était dans la patrie des ours, en plein pays de montagnes. »

Vue 3 – La danse ou ronde béarnaise (Mémoire des Pyrénées)

« Ces gens sont poètes. Pour avoir inventé ces habits, il faut qu’ils aient été amoureux de la lumière. Jamais le soleil du Nord n’eût inspiré cette fête de couleurs ; leur costume est en harmonie avec leur ciel. […] Le soleil anime l’éclat de ces habits, et, dans cette splendeur dorée, toutes les laideurs disparaissent. »

« Avez-vous senti cette expression originale et sauvage ? Comme elle convient au paysage ! Cet air n’a pu naître que dans les montagnes : le froufrou du tambourin est comme la voix traînante du vent lorsqu’il longe les vallées étroites ; le son aigu du flageolet est comme le sifflement de la brise quand on l’écoute sur les cimes dépouillées ; la note finale est un cri d’épervier qui plane ; les bruits de la montagne se reconnaissent encore, à peine transformés par le rythme de la chanson. La danse est aussi primitive, aussi naturelle, aussi convenable au pays que la musique : ils vont la main dans la main, tournant en rond. […] »

 

 

Vue 4 – L’orchestre Ossalois, illustré par Gustave Doré – 3ème édition, p 204

« Ce saut, qui vous semble étrange, est une de leurs habitudes, partant un de leurs plaisirs. Pour composer une fête, ils ont choisi ce qu’ils ont trouvé d’agréable dans les habitudes de leurs yeux, de leurs oreilles et de leurs jambes. N’est-ce pas la fête la plus nationale, la plus vraie, la plus harmonieuse, et, partant, la plus belle qu’on puisse imaginer. »

Fête religieuse au bourg de Laruns

Laruns est un gros bourg, en contrebas de la vallée d’Ossau. Taine nous y conduit maintenant, certainement à l’occasion de la fête mariale du 15 août, très suivie dans le Sud-Ouest, avec ses deux facettes, profane et religieuse.

Manifestement, notre écrivain n’y vient pas par religiosité : pour lui, comme semble-t-il, pour beaucoup de curistes de l’époque, cette fête est déjà une attraction qui attise la curiosité des voyageurs. Il s’abandonne alors à une peinture pittoresque et incisive du spectacle, dans l’esprit des Caractères de La Bruyère ou des Lettres Persanes de Montesquieu…

Vue 5 - Jour de fête à Laruns – Carte postale (Collection Municipalité de Laruns)

« Laruns est un bourg. Au lieu d’un tonneau, il y avait quatre fois deux tonneaux et autant de musiciens, qui jouaient tous ensemble et chacun un endroit différent du même air. Excepté ce charivari et plusieurs magnifiques culottes de velours, la fête était la même que celle d’Aas. Ce qu’on va voir, c’est la procession. »

« On assiste d’abord aux vêpres : les femmes dans la nef sombre de l’église, les hommes dans une galerie au premier étage, les petits garçons dans une deuxième galerie plus haute, sous l’œil d’un maître d’école renfrogné. Les jeunes filles, agenouillées contre la grille du chœur, disaient des Ave Maria auxquels répondait la voix grave de l’assistance ; leurs voix nettes et métalliques formaient un joli contraste avec le bourdonnement sourd des répons retentissants. De vieux loups de montagne arrivés de dix lieues s’agenouillaient lourdement et faisaient crier le bois noirci de la balustrade. »

Vue 6 – Vêpres dans l’église de Laruns - Illustration de Gustave Doré – 3ème édition, p 206

« Une demi-clarté tombait sur la foule pressée et assombrissait l’expression de ces figures énergiques. On se fût cru au XVIe siècle. Cependant les petites cloches joyeuses babillaient de leurs voix grêles et faisaient le plus de bruit possible, comme une juchée de poules au haut du clocher blanc. »

Vue 7 – Procession sortant de l’église à Laruns - Carte postale (Collection Municipalité de Laruns)

« Au bout d’une heure, la procession s’ordonna fort artistement et sortit. La première partie du cortège était amusante : deux files de petits polissons en veste rouge, les mains jointes sur le ventre pour y tenir leur livre, faisaient effort pour se donner un air de componction, et regardaient en dessous d’une façon comique. Cette bande de singes habillés était menée par un brave prêtre, dont les rabats plissés, les manchettes et les dentelles pendantes battaient et flottaient comme des ailes. Puis un suisse piteux, en habit de douanier sale ; puis un beau maire en uniforme, l’épée au côté ; puis deux longs séminaristes, deux petits prêtres rebondis, une bannière de la Vierge, enfin tous les douaniers et tous les gendarmes du pays ; bref, tous les acteurs de la civilisation. La barbarie était plus belle : c’était la procession des hommes et des femmes qui, un petit cierge à la main, défilèrent pendant trois quarts d’heure.

J’ai vu là des figures comme celle d’Henri IV, avec l’expression sévère et intelligente, l’air sérieux et fier, les grands traits de ses contemporains. Il y avait surtout de vieux pâtres en houppelandes rousses de poils feutrés, le front traversé, non de rides, mais de sillons, bronzés et brûlés du soleil, le regard farouche comme celui d’une bête fauve, dignes d’avoir vécu au temps de Charlemagne. Certainement, ceux qui défirent Roland n’avaient pas une physionomie plus sauvage.

Enfin, parurent cinq ou six vieilles femmes telles que je n’en aurais jamais imaginé : une cape de laine blanche les enveloppait comme une couverture ; on ne voyait que leur face noirâtre, leurs yeux de louve enfoncés et féroces, leurs lèvres marmottantes, qui semblaient dire le grimoire. On pensait involontairement aux sorcières de Macbeth ; l’esprit était transporté à cent lieues des villes, dans les gorges désertes, sous les glaciers perdus où les pâtres passent des mois entiers dans les neiges d’hiver, auprès des ours qui hurlent, sans entendre une parole humaine, sans autre compagnon que les pics décharnés et les sapins mornes. Ils ont pris à la solitude quelque chose de son aspect. »

* * *

Taine termine son chapitre en dissertant de manière un peu tortueuse ; en particulier, il fustige gentiment le penchant des Béarnais à la mendicité polie :

« Le désintéressement n’est pas une vertu de montagne. Dans un pays pauvre, le premier besoin est le besoin d’argent. On dispute pour savoir s’ils considèrent les étrangers comme une proie ou comme une récolte ; les deux opinions sont vraies : c’est une proie qui chaque année donne une récolte. Voici un détail bien petit, mais capable de montrer avec quelle dextérité et quelle passion ils tondent un œuf.

« Les mendiants pullulent. Je n’ai jamais rencontré un enfant qui ne me demandât l’aumône ; tous les habitants font ce métier, de quatre à quinze ans. Personne n’en a honte. Vous regardez de toutes petites filles, qui marchent à peine, assises au pas de leur porte et occupées à manger une pomme : elles viennent en trébuchant vous tendre la main. »

Vue 8 – Mendicité dans les montagnes béarnaises – Illustration de Gustave Doré – 3ème édition, p 213

« Vous trouvez dans une vallée un jeune pâtre auprès de ses vaches ; il s’approche et vous demande quelque petite chose. Une grande fille passe avec un fagot sur la tête ; elle s’arrête et vous demande quelque petite chose. Un paysan travaille au chemin. « Je fais une belle route, dit-il ; donnez-moi quelque petite chose. »

« Une bande de polissons jouent au bout d’une promenade ; dès qu’ils vous voient, ils se prennent par la main, commencent la danse du pays ; et finissent par quêter quelque petite chose. »

Vue 9 – Enfants en train de mendier - Illustration de Gustave Doré – 3ème édition, p 213

« Il en est ainsi dans toutes les Pyrénées… ». C’est sur ce constat que Taine termine son chapitre.

Pour sa prochaine étape, notre auteur nous conduira dans la vallée de Luz (aujourd’hui Luz-Saint-Sauveur), bien plus à l’est, au pied du cirque de Gavarnie.

Christian Bernadat

Bibliographie :

Hippolyte Taine, Voyage aux Pyrénées, 3e édition (sur Gallica)

René Arripé, Ossau 1900, Le canton de Larruns, Ed.Loubatières, Toulouse, 1987

Jacques Gimard et Eleder Bidard, Mémoire de Pyrénées, Ed. Le Pré aux Clercs, 2001

Hippolyte Taine sur Wikipédia

Aas sur Wikipédia

Cartes postales anciennes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.