Voyage en Bretagne d’après Gustave Flaubert et Maxime du Camp

Deuxième épisode : visite de Clisson et de ses environs

Cliquer sur les vues stéréoscopiques afin de les afficher sur la Stéréothèque avec leur notice et parfois leur anaglyphe (rouge et bleu).

Vue sur le château de Clisson – 1880-1920 – Collection Gaye, CG214 – Photographe Daniel Théodore Guitard du Marès

Gustave Flaubert, âgé de vingt-six ans, et son ami Maxime du Camp ont entrepris en 1847 un long périple à travers la Bretagne, en passant par le Val de Loire, l’Anjou et la Touraine, soi-disant à pied, avec sacs au dos et souliers ferrés. Nous verrons dans les faits, ce qu’il en est au fil du récit…

Pour la première étape, ils ont fait halte dans les Pays de la Loire et s’y sont fait ouvrir trois châteaux pour les visiter : Chambord, Amboise et Chenonceau. Les voici maintenant parvenus à Clisson, petite ville dominée par la ruine d’une forteresse médiévale. Bien que nous soyons au sud-ouest de Nantes, nous sommes bien ici sur les terres de la Bretagne historique. Comme nous l’avons indiqué il y a deux mois pour l’inauguration de cette nouvelle pérégrination, selon la convention qu’ils ont passée entre eux, Maxime du Camp se charge de la narration des chapitres pairs. C’est donc de sa prose, toute empreinte du romantisme ambiant, que vont être extraits les passages de cette Une.

Mais nos écrivains voyageurs ne rendent pas la tâche facile au modeste commentateur de photos stéréoscopiques que je suis, qui a cru, en entreprenant cette nouvelle série, utiliser la profusion de vues de la Stéréothèque sur la Bretagne, et qui se retrouve cette fois devoir illustrer tout un chapitre autour d’une ruine très peu présente dans nos collections, située tout aux marches de la Bretagne… !!! Ainsi donc, il s’est avéré indispensable, cette fois plus que jamais, de compléter les rares ressources à notre disposition par des photos et gravures glanées ici ou là.

Le château de Clisson

Le château dans lequel Flaubert et du Camp nous entraînent a été édifié au XIe siècle par les seigneurs de Clisson, vassaux des ducs de Bretagne. Il faisait partie des défenses du duché de Bretagne, sur sa frontière sud. Mais, ayant servi de refuge aux troupes des insurgés durant les guerres de Vendée, il fut pris et incendié par les troupes révolutionnaires, et demeura à l’état de ruine jusque dans les années 1974-75. C’est donc les restes d’une forteresse toute envahie de végétation que nos voyageurs viennent visiter.

Vue générale sur Clisson – 1900 – 1925 – Collection Besson, BL273 – Photographes Alexis Croly - Labourdette

« Sur un coteau au pied duquel se joignent deux rivières, dans un frais paysage égayé par les claires couleurs des toits en tuiles abaissés à l’italienne et groupés là ainsi que dans les croquis d’Hubert, près d’une longue cascade qui fait tourner un moulin, tout caché dans le feuillage, le château de Clisson montre sa tête ébréchée par-dessus les grands arbres. À l’entour, c’est calme et doux. Les maisonnettes rient comme sous un ciel chaud ; les eaux font leur bruit, la mousse floconne sur un courant où se trempent de molles touffes de verdure. L’horizon s’allonge, d’un côté, dans une perspective fuyante de prairies et, de l’autre, remonte tout à coup, enclos par un vallon boisé dont un flot vert s’écrase et descend jusqu’en bas. »

Vue 01 – Le château de Clisson, vu depuis le cours de la Sèvre. Carte postale tirée de la série des « Châteaux de France » (Généanet)

« Quand on a passé le pont et qu’on se trouve au pied du sentier raide qui mène au château, on voit, debout, hardi et dur sur le fossé où il s’appuie dans un aspect vivace et formidable, un grand pan de muraille tout couronné de mâchicoulis éventrés, tout empanaché d’arbres et tout tapissé de lierres dont la masse ample et nourrie, découpée sur la pierre grise en déchirures et en fusées, frissonne au vent dans toute sa longueur et semble un immense voile vert que le géant couché remue, en rêvant, sur ses épaules ».

Vue 02 – L’entrée du château vers 1815. Gravure reproduite sur carte postale (Généanet)
Vue 03 – Le château de Clisson sur une gravure du XIXe siècle (Wikipedia)

« Les fossés dont la pente s’adoucit par la terre qui s’émiette des bords et par les pierres qui tombent des créneaux ont une courbe large et profonde, comme la haine et comme l’orgueil ; et la porte d’entrée, avec sa vigoureuse ogive un peu cintrée et ses deux baies servant à relever le pont-levis, a l’air d’un grand casque qui regarde par les trous de sa visière. »

Loin de se désoler de l’état de ruine de ce qu’ils découvrent, nos deux compères se complaisent dans une fascination raffinée du spectacle qui s’offre à eux !

Vue 04 – La cour intérieure du château. Carte postale. Collection des Archives départementales de Loire-Atlantique, 2 Fi 0792

La carte postale ci-dessus de l’état de la cour intérieure au début du XXe siècle et la vue 05 suivante nous donnent un aperçu sans doute assez voisin du spectacle qui s’offrit aux yeux de nos deux voyageurs, dont ils apprécièrent tout particulièrement le « romantisme ».

« Entré dans l’intérieur, on est surpris, émerveillé, par l’étonnant mélange des ruines et des arbres, la ruine faisant valoir la jeunesse verdoyante des arbres, et cette verdure rendant plus âpre la tristesse de la ruine. […] Un enthousiasme grave et songeur vous prend à l’âme ; on sent que la sève coule dans les arbres et que les herbes poussent avec la même force et le même rythme que les pierres s’écaillent et que les murailles s’affaissent. Un art sublime a arrangé, dans l’accord suprême des discordances secondaires, la forme vagabonde des lierres au galbe sinueux des ruines, la chevelure des ronces au fouillis des pierres éboulées, la transparence de l’air aux saillies résistantes des masses, la teinte du ciel à la teinte du sol, mirant leur visage l’un dans l’autre, ce qui fut et ce qui est. »

« On avance enfin, on marche entre ces murs, sous ces arbres, on s’en va, errant le long des barbacanes, passant sous les arcades qui s’éventrent et d’où s’épand quelque large plante frissonnante. Les voûtes comblées qui contiennent des morts résonnent sous vos pas ; les lézards courent sous les broussailles, les insectes montent le long des murs, le ciel brille et la ruine assoupie continue son rêve. »

Vue sur le château de Clisson et ses enceintes. 1880-1920 – Collection Magendie, MAG1191 – Photographe inconnu

« Avec sa triple enceinte, ses donjons, ses cours intérieures, ses mâchicoulis, ses souterrains, ses remparts mis les uns sur les autres, comme écorce sur écorce, et cuirasse sur cuirasse, le vieux château de Clisson se peut reconstruire encore et réapparaître. Le souvenir des existences d’autrefois découle de ses murs, avec l’émanation des orties et la fraîcheur des lierres. »

Vue 05 – – La cour intérieure du château. Carte postale. Collection des Archives départementales de Loire-Atlantique, 2 Fi 3108

« Au haut d’un pan de muraille élevé, tout nu, gris, sec, des baies carrées, inégales de grandeur et d’alignement, laissaient éclater à travers leurs barreaux croisés la couleur pure du ciel dont le bleu vif encadré par la pierre tirait l’œil avec une attraction surprenante. Les moineaux dans les arbres poussaient leur cri aigre et répété. Au milieu de tout cela, une vache broutait, qui marchait là-dedans comme dans un pré, épatant sur l’herbe sa corne fendue… »

Vue 06 – Dans les sous-sols, la porte de la prison. Collection des Archives départementales de Loire-Atlantique, 2 Fi 3117

« Nous sommes descendus dans le souterrain où fut enfermé Jean V. Dans la prison des hommes nous avons vu encore au plafond le grand crochet double qui servait à pendre ; et nous avons touché avec des doigts curieux la porte de la prison des femmes. Elle est épaisse de quatre pouces environ, serrée avec des vis, cerclée, plaquée comme capitonnée de fers. Au milieu, un petit guichet grillé servait à jeter dans la fosse ce qu’il fallait pour que la condamnée ne mourût pas… »

Jean V fut au XVe siècle un des ducs de Bretagne. Selon Du Camp, il fut enlevé par le comte de Penthièvre, nouveau propriétaire du château, avant que la situation ne se retourne et que le duc lui-même ne soit accusé de haute trahison.

Le parc de La Garenne-Lemot

« De l’autre côté de la Sèvre, et s’y trempant les pieds, un bois couvre la colline de la masse fraîche ; c’est « la Garenne », parc très beau de lui-même, malgré les beautés factices qu’on a voulu y introduire. »

Juste après la Révolution, le château commence à servir de carrière de pierres pour les Clissonnais. Le sculpteur François Frédéric Lemot tombe sous le charme de ces ruines, et les achète en 1807, dans un premier temps non pas pour les restaurer, mais avant tout pour les conserver en l’état, avec le projet d’en faire un site romantique, alors très à la mode. Quelques années plus tard, il y adjoint un vaste bois, sur la rive opposée de la rivière, dans l’objectif d’en faire un parc romantique, agrémenté de toutes sortes de fabriques, c’est-à-dire de reconstitutions de bâtiments en ruines. Au milieu du XIXe siècle, cette mode semble déjà passée et nos voyageurs, qui trouvent encore du charme aux ruines authentiques, n’apprécient plus ces ruines reconstituées…

« M. Lemot (le père du propriétaire actuel) qui était un peintre de l’Empire, et un artiste lauréat, a travaillé du mieux qu’il a pu à reproduire ce froid goût italien du temps de Canova et de madame de Staël. On était pompeux, grandiose et noble. C’était le temps où on sculptait des urnes sur les tombeaux, où l’on peignait tout le monde en manteau et chevelure au vent, où Corinne chantait sur sa lyre, à côté d’Oswald qui a des bottes à la russe, et où il fallait enfin qu’il y eût sur toutes les têtes beaucoup de cheveux épars et dans tous les paysages beaucoup de ruines. »

« Ce genre de beautés ne manque pas à la Garenne. Il y a un temple de Vesta, et en face, un temple à l’Amitié… Les inscriptions, les rochers composés, les ruines factices sont prodiguées ici avec naïveté et conviction… Mais toutes les richesses poétiques sont réunies dans la grotte d’Héloïse, sorte de dolmen naturel sur le bord de la Sèvre… Pourquoi donc a-t-on fait de cette figure d’Héloïse, qui était une si noble et si haute figure, quelque chose de banal et de niais, le type fade de tous les amours contrariés et comme l’idéal étroit de la fillette sentimentale ? Elle méritait mieux pourtant, cette pauvre maîtresse du grand Abélard… »

L’histoire d’Héloïse et d’Abélard date du XIIe siècle où elle eut un grand retentissement en Europe. À Clisson, cette grotte est fondée sur une interprétation toute personnelle de Lemot : à l’en croire, il aurait découvert l’endroit lors de sa première visite des lieux.

Vue 07 – La grotte d’Héloïse du parc de la Garenne-Lemot aujourd’hui (Wikipedia)

Dans les faits, la grotte qu’il a baptisée d’Héloïse est une cavité en grande partie artificielle, due à l’intervention de son propriétaire et concepteur : il a fait édifier un mur en son fond et fait poser quelques dalles de pierres afin de faire régner l’obscurité dans un antre qui semble à première vue naturel…

Notre auteur poursuit : « Le parc n’est est pas moins un endroit charmant. Les allées serpentent dans le bois taillis, les touffes d’arbres retombent dans la rivière. On entend l’eau couler, on sent la fraîcheur des feuilles. Si nous avons été irrités du mauvais goût qui s’y trouve, c’est que nous sortions de Clisson qui est d’une beauté vraie, si solide et si simple, et puis que ce mauvais goût, après tout, n’est plus notre mauvais goût à nous autres. Mais, d’ailleurs, qu’est-ce donc que le mauvais goût ? C’est invariablement le goût de l’époque qui nous a précédés… »

Les ruines du château de Tiffauges

« C’est en nous laissant aller à ces hautes considérations philosophiques, que notre carriole nous traîna jusqu’à Tiffauges. »

Voilà ici notre soupçon vérifié : contrairement à la légende qu’ils ont cherché à accréditer, nos écrivains voyageurs ne font pas tout leur trajet à pied ; ils s’accordent, au moins de temps en temps, « quelques commodités » (fussent-elles rustiques) pour leurs déplacements, ici pour les conduire à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Clisson.

« Placés tous deux dans une espèce de cuve en fer blanc, nous écrasions de notre poids l’imperceptible cheval qui ondulait dans les brancards. C’était le frétillement d’une anguille dans le corps d’un rat de Barbarie. Les descentes le poussaient en avant, les montées le tiraient en arrière, les débords le jetaient de côté et le vent l’agitait sous la grêle des coups de fouet. Pauvre bête ! Je ne puis y penser sans de certains remords.

La route taillée dans la côte descend en tournant […]. À droite, au pied de la colline, sur un mouvement de terrain qui se soulève du fond du vallon en s’arrondissant comme la carapace d’une tortue, on voit de grands pans de muraille inégaux qui allongent les uns par-dessus les autres leurs sommets ébréchés. »

Vue 08 – Les ruines de château de Tiffauges – Carte postale (Notrefamille.com)

« On longe la haie, on grimpe un petit chemin, on entre sous un porche tout ouvert qui s’enfonce dans le sol jusqu’aux deux tiers de son ogive. […] Quand la terre s’ennuie de porter un monument trop longtemps, elle s’enfle de dessous, monte sur lui comme une marée, et pendant que le ciel lui rogne la tête, elle lui enfouit les pieds. La cour est déserte, l’enceinte est vide, les herses ne remuent pas, l’eau dormante des fossés reste plate et immobile sous les ronds nénuphars.

Nous sommes descendus à travers les ronces et les broussailles dans une douve profonde et sombre cachée au pied d’une grande tour qui se baigne dans l’eau et les roseaux. Une seule fenêtre s’ouvre sur un de ses pans, un carré d’ombre coupé par la raie grise de son croisillon de pierre. Une touffe folâtre de chèvrefeuille sauvage s’est pendue sur le rebord et passe au dehors sa bouille verte et parfumée. »

« Les grands mâchicoulis, quand on lève la tête, laissent voir d’en bas, par leurs ouvertures béantes, le ciel seulement ou quelque petite fleur inconnue qui s’est nichée là, apportée par le vent, un jour d‘orage, et dont la graine aura poussé à l’abri dans la fente des pierres. […]

Rien, rien ! Le vent qui passe, l’herbe qui pousse, le ciel à découvert. Pas d’enfant en guenille gardant une vache qui broute la mousse dans les cailloux ; pas même, comme ailleurs, quelque chèvre solitaire sortant sa tête barbue par une crevasse de remparts […] ; pas un oiseau chantant, pas un nid, pas un bruit ! Ce château est comme un fantôme, muet, froid, abandonné dans cette campagne déserte ; il a l’air maudit et plein de ressouvenances farouches. […] Dans le donjon, entre quatre murs livides […], nous avons compté la trace de cinq étages. À trente pieds en l’air, une cheminée est restée suspendue avec ses deux piliers ronds et sa plaque noircie ; il est venu de la terre dessus et les plantes y ont poussé comme dans une jardinière qui serait restée là. Au-delà de la seconde enceinte, dans un champ labouré, on reconnaît les restes d’une chapelle, aux fûts brisés d’un portail ogival. […] »

« Cette chapelle était la chapelle et ce château était un des châteaux de Gilles de Laval, sire de Rouci, de Montmorency, de Retz [sic, en fait Gilles de Rais, ancien compagnon d’armes de Jeanne d’Arc] et de Craon, lieutenant général du duc de Bretagne et maréchal de France, brûlé à Nantes le 25 octobre 1440, dans la Prée de la Madeleine, comme faux monnayeur, assassin, sorcier, sodomite et athée… »

Nous interromprons-là du Camp dans l’élan de sa narration historique. Ce Gilles de Rais, notre narrateur ne nous le dit pas, était celui que la légende populaire et Gilles Perrault ont immortalisé sous le nom de Barbe Bleue. Manifestement, nos deux voyageurs ont apprécié cette ruine authentique dans son écrin de verdure, et un petit rappel d’un épisode quelque peu dramatique et « pittoresque » de l’histoire locale n’est pas pour leur déplaire…

Vue 09 – Gilles de Rais chevauchant vers son château (Gustave Doré, 1862)

* * *

Nous patienterons maintenant jusqu’à l’étape suivante : elle nous fera franchir d’un coup à grands pas quelques dizaines de lieues, puisque nous retrouverons nos auteurs à Carnac.

Christian Bernadat

Bibliographie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 + 6 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.