Visite des usines automobiles de Dion Bouton de Puteaux en 1906

Cet article comprend des vues stéréoscopiques en anaglyphe. Pour en apprécier le relief, chaussez des lunettes bicolores ! Et pour voir les stéréos originales ou les autres vues en anaglyphe, cliquez sur l’image qui vous mènera à la Stéréothèque.

Sortie des usines de Dion Bouton à Puteaux, DB016

La Stéréothèque héberge un lot bien particulier : un reportage, directement conçu par l’entreprise De Dion-Bouton pour assurer la promotion de la marque et de ses productions : rien moins que 49 vues regroupées au sein du « Lot De Dion Bouton ». Nous ne sommes qu’en 1906 : apprécions le caractère particulièrement précurseur de cette « communication d’entreprise » voulue par ce patron industriel !

Visionneuse des vues stéréoscopiques du lot De Dion Bouton

Faire parler de son entreprise par d’autres moyens que la simple « réclame » : voilà l’objet de ce reportage photographique. Il s’agit de diffuser ces vues selon toutes sortes de moyens : peut-être en organisant des séances de visionnage dans l’entreprise elle-même lors de l’accueil de personnalités, ou dans les salons et expositions, puisque la visionneuse est marquée à l’enseigne de la société ; tous les grands de ce monde, en effet, et notamment les souverains de toute l’Europe, se sont intéressés à ses productions, jusqu’à venir visiter les usines.

Portrait du Marquis Albert de Dion vers 1907 par Chartran Théobald

 

 

Le marquis Albert de Dion s’est associé dès 1883 aux mécaniciens Georges Bouton et Charles Trépardoux pour fonder une entreprise dont l’objectif est d’abord de construire une petite voiture à vapeur. Mais, Trépardoux quittera la société 11 ans plus tard.



A partir d’octobre 1884, ils s’installent dans une nouvelle usine à Puteaux. Rapidement, ils développent leurs propres moteurs à explosion et commencent par fabriquer des tricycles à moteur qui connurent tout de suite un très grand succès, appuyés par une publicité basée sur l’humour, souvent en mettant les femmes à l’honneur, au guidon ou au volant : dès le début de la motorisation, en effet, la conduite automobile fut un axe de libération de la femme… bien accepté par la bourgeoisie !

Arlequin et Colombine échappent à la maréchaussée (c’est Colombine qui conduit !)… en tricycle De Dion Bouton, bien sûr !

En 1895, ils deviennent les premiers constructeurs au monde de petits moteurs (1 et 2 cylindres), très utilisés, notamment, dans le monde agricole.

Moteurs de Dion Bouton 1 et 2 cylindres vus en coupe, DB022

Albert de Dion a tout de suite l’intelligence de son époque : il lance ses véhicules dans les courses automobiles. Ainsi ces voiturettes 8 chevaux (« 8 HP ») posent en configuration « course ». En 1896, le marquis de Dion fait partie des fondateurs de l’Automobile Club de France qui encourage les compétitions automobiles.

8 HP De Dion Bouton prêtes pour une « coupe de voiturettes ", DB001

Certaines photos de cette série sont très connues, comme celles de la sortie des ouvriers de l’usine présentée en « Une » ou la vue suivante.

La sortie des ateliers de Dion Bouton à Puteaux, DB014

Vers 1906, l’usine occupe à Puteaux 22 000 m2 et emploie autour de 1 300 personnes. En 1900, De Dion est le plus important constructeur d’automobiles et de moteurs du monde ; ses usines sont alors les plus grandes du monde. Qui s’en souvient en dehors du petit cercle des amateurs d’automobiles anciennes ?

Les usines de Dion-Bouton à Puteaux en 1910

Mais la société perdra progressivement cette prééminence dans les années précédant la Première Guerre mondiale.

Laissons-nous maintenant guider pour une visite des ateliers : en plein essor de cette « révolution industrielle », fabriquer des automobiles mobilise des centaines de salariés.

Grand atelier de tournage, DB009
Atelier de fraisage, DB017

Une telle usine nécessite aussi une quantité impressionnante de pièces détachées : on est loin du travail à flux tendu contemporain !

Le magasin des pièces détachées, DB007

Comme la plupart des grandes industries de l’époque, De Dion-Bouton est une « entreprise intégrée » : on y fabrique à peu près tout ce qui est nécessaire au véhicule (à part les pneumatiques) :

Atelier de bobinage des dynamos, DB006
Atelier d’assemblage des accumulateurs, DB027
Atelier d’assemblage des bougies : un travail minutieux, alors effectué par une main-d'oeuvre féminine, DB028

Mais l’on insiste aussi sur l’ensemble des laboratoires de recherches dont était dotée l’usine : le marquis de Dion en était très fier, à juste titre :

Laboratoire de chimie avec ici très certainement l’ingénieur Léon Guillet qui en était responsable, DB030
L’atelier « des expériences » où l’on teste des dispositifs expérimentaux sur des moteurs avant de généraliser les innovations testées avec succès, DB031
Le banc d’essai des moteurs : aucun moteur n’était monté sur un véhicule avant d’être longuement essayé !, DB024

Il est temps, maintenant, de passer aux phases de fabrication proprement dite et d’assemblage des véhicules :

Atelier de menuiserie : n’oublions pas qu’une grande partie de la carrosserie était en bois !, DB036
Le montage des moteurs, ici des 4 cylindres, DB018
L’atelier de montage (« finition ») des châssis, DB034

Nous sommes aux débuts de l’industrie automobile : il n’y a pas de chaînes de fabrication ; ce sont les ouvriers qui se déplacent autour des châssis en cours d’assemblage.

Ici, la Voiturette 8 HP, sans doute au Bois de Boulogne, lieu favori de démonstration de la maison. D’ailleurs, chaque client venant prendre livraison de son véhicule à l’usine avait droit à un tour d’essai (ou de prise en main pour les novices !) sur les routes du Bois, DB039

Ce reportage se termine par une mise en situation des différents modèles de la marque :

Double phaéton 15 HP, voiture de milieu de gamme, DB048
Enfin, le haut de gamme de la marque, la limousine coupé chauffeur 24 HP, devant laquelle se tiennent debout Albert de Dion (à gauche) et Georges Bouton (à droite), DB043

Quelques exemplaires de ce modèle équiperont la Brigade du Tigre de la Police judiciaire.

Cette entreprise si innovante est encore très productive durant la Première Guerre mondiale, participant fortement à l’effort d’équipement militaire. Mais, dans les années d’après-guerre, le marquis de Dion fait de mauvais choix, concentrant l’essentiel de sa production sur des modèles de luxe et de haut de gamme, alors que l’automobile se démocratise et que le coût de la main-d’œuvre augmente fortement. L’entreprise doit déposer son bilan en 1927.

Christian Bernadat

Bibliographie :

La Vie de l’Auto (hebdomadaire), « La fabuleuse histoire d’Albert de Dion et Georges Bouton » par Alexis, janvier à octobre 1991.

Encyclopédie de l’Automobile, Éditions Gründ, Paris 1992, article « De Dion Bouton ».

De Dion-Bouton une aventure industrielle, Musée national de la voiture et du Tourisme, Château de Compiègne, mai 1993 (source des trois vues non stéréoscopiques),

Au cœur des voitures françaises, Hachette Collections, Paris 2003, article « De Dion-Bouton ».

La grande époque des De Dion-Bouton, René Ville et l’Amicale De Dion-Bouton, septembre 2004

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.