Les Nouvelles du Stéréopôle | Mai

Les Nouvelles du Stéréopôle

Les actus

Les projets évoluent autour de nos collections ! 

Le 1er mai

La fête du travail est l’occasion de mettre en avant quelques photographies stéréoscopiques de travailleurs et travailleuses. Qu’ils soient encore d’actualité ou désuets pour notre société moderne, nombreux sont les métiers immortalisés et trouvables sur la Stéréothèque, des ingénieurs aux lavandières en passant par les poseurs de pavés !

Dans l’ordre (cliquer sur le lien pour l’afficher sur la Stéréothèque) :
MAI0011 Collection Larrieu
MAG5662 Collection Magendie
MRT043 Collection Marty

Le 8 mai

Paris Libéré ! Le 25 août 1944, un moment historique se déroule : la libération de Paris. Le général de Gaulle, avec ses mots puissants, rend hommage aux courageux français et aux forces de la Résistance ! 

Cette photographie capturée juste après la libération montre l’esprit de l’époque.
À gauche, une Peugeot VLV, symbole d’ingéniosité. Alors que l’essence étant rationnée, plusieurs constructeurs français ont essayé de produire des voitures électriques au début de la 2ème guerre mondiale.

Produite de 1941 à 1943, ce minuscule cabriolet pouvait transporter 2 personnes à une vitesse maximale de 36 km/h, avec une autonomie de 80 km environ. Pour l’alléger au maximum afin de compenser le poids des batteries (abritées sous le capot avant), la caisse est minimaliste : les portières sont minuscules et il faut replier la partie avant de la capote pour arriver à se glisser dans l’habitacle.

Ces véhicules, témoins de l’histoire, rappellent l’innovation et la résilience des Français. Sacha Guitry lui-même en possédait un. C’est l’histoire de la liberté et du triomphe français qui défile sur les Champs-Élysées !

Cliquer sur l’image pour l’afficher sur la Stéréothèque

L'image du mois

Tous les mois, une photographie stéréoscopique mise en valeur

ɪᴍᴀɢᴇ ᴅᴜ ᴍᴏɪs #73 | Mai

Ce mois-ci nous avons décidé de mettre en avant une épreuve à mouvement !
Les épreuves à mouvement publiées par Furne et Tournier étaient des stéréogrammes très particuliers, pouvant simuler une certaine « animation » de l’image au moyen d’un appareil vendu par les deux cousins et qu’ils qualifiaient d’obturateur.

Il ne semble pas que cet accessoire ait été retrouvé ou identifié. Il est donc difficile de se faire aujourd’hui une idée de l’efficacité du dispositif. Les épreuves à mouvement, moins insaisissables que l’appareil qui permettait de les mettre en œuvre, restent cependant elles-mêmes assez rares.
La mise en scène que vous observez est un tout petit peu plus complexe que la plupart des autres puisqu’elle implique non pas un seul personnage dans deux postures différentes, mais deux figurants dans deux poses distinctes.

Collection Calvelo

Cliquer sur l’image pour l’afficher sur le Stéréopôle

La Une du mois

Tous les mois, un article à la Une du Stéréopôle

La représentation des fables de La Fontaine par Furne et Tournier

par Pierre Chedmail

Entre 1857 et 1864, Charles-Paul Furne et Henri-Alexis-Omer Tournier ont collaboré pour produire près de 40 séries de vues stéréoscopiques, établissant ainsi leur réputation en tant que figures majeures de la production et de l’édition de cartes stéréoscopiques en France pendant l’apogée de cette technique. Leur partenariat a donné naissance à environ 7000 photographies, témoignant de leur dévouement à capturer et à partager des moments de la vie quotidienne ainsi que des scènes remarquables de leur époque.

Parmi ces réalisations remarquables figure une série dédiée à l’illustration des fables de La Fontaine. Ces vues, imprégnées de l’esprit de leur temps, offrent une plongée fascinante dans la société et les valeurs de l’époque. En effet, elles regorgent d’informations précieuses, nous permettant de découvrir non seulement les récits intemporels de La Fontaine, mais aussi les coutumes, les attitudes et les préoccupations de la société du XIXe siècle.

Lire l’article sur le Stéréopôle en cliquant sur l’image

Tour du monde

Visiter le monde en stéréo

#2

L’objectif de cette série est de vous faire voyager à travers les différents pays visibles sur la Stéréothèque : presque une centaine de pays accessibles sur notre site !

Pour le deuxième numéro de cette série, nous sommes au Mexique ! 
Nous commençons avec une vue prise par Alfred Briquet. Un photographe qui est arrivé au Mexique en 1866, pour échapper, sans doute, aux conséquences pénales d’une banqueroute en France.

Les deux photographies stéréoscopiques suivantes ont toutes les deux été prises par le photographe James Jarvis en 1890.

N° d’inventaire :
CAL0238 ( collection Calvelo)
TST405, TST357 (collection Toussaint)

Cliquer sur les liens pour les afficher sur La Stéréothèque

Aussi en mai : le 4 mai
Aujourd’hui c’est Star Wars Day car… May the Fourth (Force) be with you ! 
La vue stéréoscopique correspond à une scène d’escrime ou un entraînement de Jedi (nous ne sommes pas sûrs, cela arrive lorsque nous indexons) entre 1860 et 1870. La vue pourrait correspondre à une vue de Verneuil dans la série des Scènes militaires. Ou à la préparation d’une cérémonie célébrant la Force. Là aussi nous ne sommes pas sûrs.
Collection Magendie
Cliquer sur l’image pour l’afficher sur la Stéréothèque
Toujours en mai : la Nuit des musées

Le 18 mai, c’était la 20e Nuit européenne des musées, l’occasion de replonger dans quelques unes des stéréos de musée qui font partie de la Stéréothèque ! 

Collections Dumail, Magendie, Toussaint, Wiedemann

Flashback en mai 2023

C’était il y a un an déjà ! Notre événement Bordeaux Capitale de la stéréoscopie voyait le jour et comme nous vous l’avions évoqué, il s’agissait du premier !

 

 

Nous collectons, numérisons, décrivons et valorisons les images stéréoscopiques.
N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 4 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.