Nice, la place Masséna

Pour ce mois de février, nous mettons à la Une la recherche de M. Roland Patin à propos d’une vue stéréoscopique représentant la place Masséna à Nice sur laquelle nous n’avions aucune information avant son intervention. 

Nice, La place Masséna, collection Magendie

Ces photographies stéréoscopiques dont l’auteur, le titre et la date ne sont pas précisés, offrent manifestement des vues de la place Masséna de Nice (Alpes-Maritimes).

Ces photographies est-ouest, prises depuis l’étage d’un bâtiment bordant la place Charles-Albert, montrent successivement une partie de cette place, le Pont-Neuf enjambant le Paillon, l’extrémité des quais Masséna (à gauche de l’image) et Saint-Jean-Baptiste (à droite), la majeure partie de la place Masséna et enfin la perspective de l’avenue menant à la Gare de chemin de fer.

Suite à la construction du Pont-Saint-Charles ou Pont-Neuf (1820-1824) destiné à mieux relier la vieille ville à ses faubourgs, la place Masséna ne s’est que très progressivement dessinée sur le pourtour d’un ancien carrefour, de 1840 à 1868.

Si les bâtiments nord de la place Masséna ne sont pas visibles sur les vues étudiées, la présence, de chaque côté du Pont-Neuf, de petites arcatures aveugles ayant renforcé l’extrémité du quai Masséna (fin 1863) puis celle du quai Saint-Jean-Baptiste (fin 1867), implique au plus tôt la fin des années 1860.

Quelques éléments du quai Masséna viennent confirmer cette hypothèse, comme le développement du grand eucalyptus (planté au printemps 1866), le nouveau parapet en fonte (changé en octobre 1868) ou encore le nouveau kiosque à journaux de plan octogonal (installé en 1869).

Sur la place elle-même, les pancartes publicitaires, installées sur le bâtiment sud-ouest, permettent également de resserrer la date des photographies. Au-dessus des grandes arcades du Café de la Victoire peuvent se lire (de gauche à droite) les inscriptions, « Glacier », « Café De La Victoire » et « Restaurant – Français ». Sous les fenêtres de l’avant-dernier niveau, ce sont « E. Preterre – American Dentist » puis « Appnts Meublé (sic) ».

Détail du bâtiment sud-ouest de la place Masséna (Nice) et de ses pancartes. Une ligne de trous d’épingle, percés dans le papier fin, est visible.

Or ces pancartes n’ont pas cessé d’être renouvelées, repeintes, remplacées ou déplacées :

  • celle du Café de la Victoire s’est substituée, en 1869 ou 1870, à une pancarte semblable, mais à fond clair, datant de l’ouverture du Café (vers 1861 ou 1862 – seule celle à fond clair du Restaurant Français subsistant de cette époque) ;
  • celle annonçant la location d’Appartements meublés n’a pour sa part été installée que vers 1870 ou 1871 ;
  • celle du Dentiste Préterre, positionnée sous deux fenêtres, a remplacé en 1872 une pancarte semblable qui s’allongeait sous trois fenêtres (attestée dès 1868 mais datant probablement de l’installation du Cabinet en 1865) ;
  • enfin, celle de « Glacier » s’est substituée fin 1872 à une pancarte récente qui portait le nom d’un gérant du Café de la Victoire, « Ombry » (installée au printemps 1872).

La date de 1872, au plus tôt, semble donc envisageable. L’avenue qui mène à la Gare apparaît d’ailleurs bordée d’arbres qui n’ont été plantés qu’au printemps 1871 et, près des bâtiments sud de la place Masséna, se devinent deux réverbères qui n’ont été installés qu’en novembre 1872.

La vue est très animée avec, notamment, la présence de nombreux piétons traversant le Pont-Neuf et de nombreuses voitures de place rangées des deux côtés des bâtiments de la place Masséna ou empruntant l’avenue de la Gare.

La présence d’une telle foule, rare sur d’autres vues des mêmes lieux, peut faire penser à un samedi ou à un dimanche. Malgré la forte lumière de fin de matinée (ombres portées), les passants n’apparaissent pas vêtus d’une tenue d’été.

Cette foule évoque surtout ces fameuses « vues instantanées » qui ne réduisent pas les éléments en mouvement à des silhouettes fantomatiques (flou de bougé). Les premières vues connues de ce type montrant la place Masséna depuis la place Saint-Charles datent de 1870, réalisées par le photographe parisien F. Blanc et diffusées par L. Lachenal, L. Favre et Cie (vues stéréoscopiques sur verre) et les vues suivantes datent de 1873, réalisées par le photographe, implanté à Nice, Jean Walburg de Bray (1839-1901) (vues stéréoscopiques sur papier).

C’est probablement à Jean Walburg de Bray et à la date de 1873 qu’il faut attribuer les vues stéréoscopiques étudiées, d’autant qu’une immense pancarte à fond sombre du « Restaurant Français » va venir remplacer, au-dessus du Café de la Victoire celles du Dentiste Préterre et des Appartements meublés, dès 1874.

Roland Patin

N.B. : Les dates évoquées proviennent de sources différentes (plans, registres de voirie, annuaires, recensements, journaux) mais également de la confrontation avec toutes les images connues des lieux entre 1855 et 1880.

Pour en savoir plus, voir : « Histoire et Représentations de la place Masséna de Nice » (ArtPlastoc).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un + 13 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.