Image du mois #64 | Août

Quelle foule ! C’est normal : c’est l’été, c’est la saison des festivals ! Pensez bien à mettre vos chapeaux et profitez bien des animations estivales !

B. W. Kilburn, Chicago, Exposition universelle, 1893, collection Heude

Nous sommes ici en 1893 lors de l’ouverture de l’Exposition universelle (The Columbian Exposition) qui se tient du 1ᵉʳ mai au 30 octobre à Chicago dans l’Illinois. La légende indique « the surging sea of Humanity », littéralement « la mer déferlante de l’humanité » ou « marée humaine ». La vue a été réalisée par Benjamin W. Kilburn.

Collection Heude

Image du mois #63 | Juillet

Sur la plage abandonnée… coquillages et crustacés… en juillet, nous partons voir la recherche chromatique très particulière de Richard Harmer, stéréophotographe du 19e siècle :

Richard Harmer (attribué à), Groupe de coquillages, photographie coloriée collée sur carton, vers 1857, collection Calvelo

En novembre 1856, un certain Richard Harmer dépose une demande de patente relative à la coloration des épreuves pour le stéréoscope. Cet employé londonien, qui est sans doute photographe à ses heures, propose de colorer chacune des deux épreuves qui composent l’image en relief d’une teinte différente, afin d’obtenir des effets chromatiques très particuliers. La méthode est contraire aux usages. Les photographes (ou leurs enlumineurs) ont l’habitude, qui semble logique, de colorier de la même manière les objets de l’image de gauche et leurs doubles dans l’image de droite.

Or en opposant une couleur non pas à sa complémentaire mécanique (ce serait trop simple), mais à une nuance opposée dans le cercle chromatique, on peut obtenir, à travers l’instabilité chromatique provoquée par la concurrence que se livrent nos deux yeux (la fameuse « rivalité binoculaire ») des effets moirés (pour les tissus) ou nacrés (pour les coquillages) qui sont idéaux pour figurer des matières dont la couleur est éminemment inconstante.
Noter dans cet exemple la permutation des couleurs entre l’image de gauche et celle de droite qui permet de simuler, même imparfaitement, les irisations typiques d’un certain nombre de mollusques.

Bien qu’il ait été le premier à déposer un brevet pour protéger cette méthode particulière de coloration des épreuves, il ne semble pas que Richard Harmer soit véritablement l’inventeur du procédé. Paula Fleming décrit, dans la production stéréoscopique de Jules Duboscq et d’autres anonymes par exemple, plusieurs cas de disparités chromatiques antérieures.

José Calvelo

Bibliographie

Richardson Fleming, P. (2009) : The Irisdescent World of Bi-colored Stereos, Stereo World, juillet-août 2009, Volume 35, numéro 1, pages 8-13

Image du mois #62 | Avril

Avril 2023

C’est en Égypte que nous nous rendons ce mois-ci, plus précisément à Gizeh avec une vue du côté sud du sphinx, dont seulement le tiers supérieur émerge du sable. Appelé shespânkh par les égyptiens (qui signifie « statue vivante »), cette sculpture monumentale de 73,50 m de longueur, de 20,22 m de hauteur originelle, est taillée dans une proéminence calcaire du plateau de Gizeh. Le sphinx représente un lion à tête d’homme, et cette tête fait 5,20 m !

Collection Vergnieux

https://www.stereotheque.fr/result,7891-0

 

L’image du mois #61 | Mars

Mars 2023

En cette journée internationale des droits des femmes, il est logique que nous valorisions les femmes de nos collections !

Qu’ils s’agisse d’actrices, de femmes jouant aux cartes, de Geisha ou de danseuses… Nombreuses sont les stéréos mettant en avant des femmes dans diverses situations, milieux ou aires géographiques.
Elles n’avaient pas toutes les mêmes droits. À travers les lieux et les époques, la condition des femmes a évoluée mais il reste encore de nombreux combats !✊

Toutes ces images sont datées entre la deuxième moitié du 19e et la première moitié du 20e.

Collection Magendie, Calvelo, Letellier, Bidault.

https://www.stereotheque.fr/result,14947-0

https://www.stereotheque.fr/result,16788-0

https://www.stereotheque.fr/result,5517-0

https://www.stereotheque.fr/result,16793-0

https://www.stereotheque.fr/result,16796-0

https://www.stereotheque.fr/result,2677-0

https://www.stereotheque.fr/result,14620-0

https://www.stereotheque.fr/result,11653-0

Image du mois #60 | Février

L’image du mois#60📸
Savez-vous que l’expression « Enfiler des perles » vient d’une véritable profession ?

Les femmes employées à cette opération, dites Impiraresse, enfilent un grand nombre de perles. L’objectif était de fabriquer des colliers, des bracelets ou des colifichets divers. Il s’agissait d’une occupation très en vogue au XVIe siècle. Mais il s’agissait d’une activité considérée comme peu valorisante et futile. Ce qui explique l’origine de l’expression !

Ici, nous avons une photographie stéréoscopique datée de 1865 et nous sommes dans la ville de Venise.
L’art de la verrerie, importé d’Orient, aurait pris à Venise une extension importante dès le XIIIe siècle.
Ce stéréogramme est attribué à Antonio Perini.

Collection Calvelo

L’image du mois #59 | Janvier

Ce mois-ci, c’est moi Pierre, en stage en tant que communicant au Clem, qui ait pu choisir l’image du mois 😁

J’ai donc décidé de remettre un peu de fraîcheur dans votre timeline afin de correspondre un peu plus aux températures hivernales. ❄️

Nous sommes ici dans les régions montagneuses de l’État de New-York.

Ce stéréogramme, daté entre 1860 et 1862, est issu de la série Winter in the Catskills. Le verso de cette vue vante bien les qualités et l’importance de cette série.

Une vue qui donnerait presque envie de partir randonner en montagne pour immortaliser des endroits comme celui-ci. ⛰️

Collection Wiedemann

L’image du mois #58 | Décembre

En ce frais mois de décembre, toute l’équipe du CLEM vous souhaite de belles fêtes de fin d’année !

Et ce mois-ci, l’image du mois est présentée par Chloé, nouvelle recrue de l’équipe, qui rejoint avec grand plaisir cette belle aventure et la famille du CLEM !

Félix Chevalier, Repas de famille, 1859, Série Sujets de fantaisie, F. Chevalier & A. Champeaux, collection Dupin

Comme dans ce Repas de Famille , qui appartient à la série des « Sujets de fantaisie », photographié en 1859 par Félix Chevalier, vous êtes sûrement en train de préparer de bons moments pour la fin du mois, entourés de vos proches, famille et amis.
Cette stéréo sur carton est une mise en scène élaborée, qui reprend les grands codes festifs : chandeliers, seaux à champagne au premier plan, nombreux mets sur la table et belles tenues sont ici au rendez-vous.
Cette année, pour des fêtes réussies …. fourbissez donc vos chandeliers !!

Collection Dupin

Cliquer sur l’image pour en voir la notice sur La Stéréothèque

L’image du mois #57 | Novembre

Ce mois-ci, l’image de novembre nous est présentée par Philippe Marty, dont la collection familiale (collection Heude) est en train de rejoindre nos fonds :

Voilà une image qui fait le pont entre les premiers outils de la photo et les dernières technos digitales !
On traverse les générations avec cette prise de vue réalisée grâce à l’appareil photo de mon grand-père : un Heidoscop (voir cette page pour une présentation détaillée de l’engin) des années trente, qu’il avait acheté avec un dos à plaques de verre et fait modifier pour recevoir des rouleaux de film 120 (6×6).
Philippe Marty, Les envahisseurs, 2022

 

 

Pour conserver l’esprit vintage, j’ai choisi une pellicule au look d’époque, la Fomapan 400 en édition limitée… Développement maison du négatif, à l’ancienne.

Puis, c’est là qu’on bascule dans le 21ème siècle : scan réalisé via un ordinateur connecté à un appareil photo positionné au dessus du négatif. Le négatif est maintenu par un support dont une partie a été adaptée grâce à une imprimante 3D, le tout posé sur une plaque d’éclairage LED…Vous me suivez ? Un jour, je tâcherai de faire une photo de l’installation, promis.
 
Bref, une fois l’image captée sur l’ordinateur, je fais un certain nombre de réglages dans Lightroom pour optimiser mes paires de vues stéréo et je les traite enfin dans StereoPhoto Maker  (merci à l’équipe du CLEM pour m’avoir orienté vers ce logiciel) pour créer facilement les cartes stéréo et/ou les anaglyphes tels qu’on les voit ici.

Pour le plaisir de cette image du mois, nous avons retenu un sujet en forme de clin d’œil qui prolonge le pont entre les générations.
Un appareil photo du début du 20ème siècle a réussi à prendre une image en relief d’une soucoupe volante au-dessus des bassins à flots de Bordeaux. Mon grand-père aurait eu du mal à avaler cette histoire, et pourtant !

Merci une nouvelle fois au Clem pour cette mise en lumière et pour tout leur travail autour de la stéréoscopie, quelle belle énergie !

Philippe Marty

L’image du mois #56 | Octobre

Nous sommes en octobre et alors que tout se couvre de rose, nous nous joignons au mouvement de lutte contre le cancer du sein, Octobre rose !

Pour tout savoir sur les gestes à adopter sur le dépistage, suivre ce lien et commencer notamment par une posture similaire à notre modèle, car effectivement la palpation – recommandée une fois par an – démarre au niveau de l’aisselle !

Ernest Lamy, Portrait de femme nue, vers 1860-1861, collection Dupin, DUP0480

Cette vue stéréoscopique sur carton est notamment accompagnée d’une anecdote intéressante du point de vue de l’histoire des mœurs. Elle fait partie d’une série déposée par le photographe et éditeur, Pierre Éléonore Lamy , à la BnF en 1861. La série porte le nom de « Études de femmes à demi-nues « .

Or, un an auparavant, une perquisition est conduite dans le studio de Lamy pour confisquer les négatifs de photos jugées indécentes !

Collection Dupin

Voir la notice complète sur la Stéréothèque ici

L’image du mois #55 | Septembre

Nous sommes en septembre et… c’est la rentrée !

Pour faire un clin d’œil à tous les élèves qui ont repris le chemin de l’école, voici un montage animé tiré de la série Le Stéréoscope des Enfants, datant des années 1850, éditée par Pierre-Henri Lefort, l’un des plus gros et des plus inventifs créateurs de vues stéréoscopiques. Une série pionnière et assez énigmatique, comme la décrit José Calvelo :

Stereoscope des enfants – Le dé stéréoscopique, 1852, Collection Calvelo

Ni la série dans son ensemble ni aucune des lithographies aquarellées qui la composent ne porte de titre.
Cependant, le dé schématiquement figuré dans une des vues – et au centre duquel est enchâssé un stéréoscope – exhibe en lettres rouges la locution Stéréoscope des enfants qui paraît un intitulé adéquat pour l’ensemble de la collection. Ce dé porte également sur chacune de ses faces une mention qui semble avoir servi de réclame aux autres productions de l’opticien Lefort : polyorama panoptique, polyorama diagraphique, optique amusante (Paris), jeux pyriques, lorgnette enchantée, étrennes eïdostrope.

(…)

On trouve, dans la revue musicale Le Ménestrel, du 5 décembre 1852 : M. Lefort vient d’inventer deux nouveaux joujoux polyorama dont le besoin se faisait vivement sentir dans le domaine des étrennes artistiques. Nous engageons sérieusement toutes les mères de famille, toutes les jeunes filles et tous les petits garçons à faire connaissance avec l’Eïdostrope, joli petit instrument qui montre à l’œil surpris et charmé toutes sortes de ravissantes figures (…). C’est une des plus aimables inventions de l’optique amusante. Ajoutez à cela le Stéréoscope des enfants, recueil de jouets les plus variés, et vous aurez le plus charmant élément de plaisir à joindre aux Etrennes musicales de l’année.

Pour lire l’article de José Calvelo en entier sur la notice de l’image, cliquer sur cette dernière

L’équipe du CLEM souhaite une bonne rentrée à tout le monde !